Juillet / août 2020

Le meilleur moyen de prévoir le futur,
c’est de le créer :
profitez bien de votre été !

Qu'est-ce que l'intersectionnalité?

Les mois de mai et de juin ont été bombardés par des manifestations partout en Amérique du Nord pour dénoncer la brutalité policière et le racisme systémique envers les personnes noires et racisées. Même en 2020, il faut admettre que la question du racisme demeure toujours un sujet tabou au Canada. Encore aujourd’hui, les personnes racisées (noires, autochtones, immigrantes) sont nombreuses à vivre des injustices et des inégalités sociales, tout simplement en raison de leur appartenance culturelle.

Pensons par exemple aux plus de 1200 femmes autochtones assassinées et portées disparues au Canada depuis 1980. Jamais un tel génocide ne se serait produit si ces femmes avaient été blanches ! Pour ces femmes, le fait d’être racisées est un des élément qui a contribué à maintenir leur vulnérabilité et à faire en sorte que la société se ferme les yeux sur ce qui s’est produit.

Dans notre société dominée majoritairement par des hommes, toutes les femmes subissent des injustices et des inégalités en raison de leur genre. Tout comme les femmes blanches, les femmes racisées subissent les oppressions liées à leur genre, mais s’ajoutent à ces oppressions, celles liées à leur race. Ainsi, même si les femmes blanches sont elles-mêmes opprimées, elles détiennent toutefois des privilèges que les femmes racisées n’ont pas. Ce concept, qu’on nomme « intersectionnalité » a été proposé en 1990 par Kimberlé William Crenshaw, femme noire américaine.1 L’intersectionnalité vise à dénoncer la double oppression vécue par les femmes noires, permettant ainsi de mieux comprendre les discriminations que vivent ces femmes et de développer une compréhension de la façon dont certains facteurs (tels que la race, la classe, l’âge, l’incapacité, l'identité de genre, l’attirance sexuelle et autres) interagissent avec le genre . L’intersectionnalité remet en question l’idée que les femmes forment un groupe homogène, qu’elles occupent toutes la même position vis-àvis les différentes structures de pouvoir.

Ainsi, au sein même des groupes de femmes, il existe des inégalités. C’est pour cela que le Centre Novas-CALACS francophone de Prescott-Russell a choisi de se positionner et d’adopter une analyse intersectionnelle dans ses interventions féministes. L’objectif étant d’aider toutes les femmes, non pas seulement une portion d’entre elles. Prenons connaissance de nos préjugés et de nos privilèges. Utilisons nos privilèges pour nous positionner en tant qu’allié.e.s. Dénonçons les injustices auxquelles des milliers de femmes font face quotidiennement, tout simplement parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau que nous ou appartiennent à une culture différente de la nôtre. Soyons solidaires entre femmes !

 Pour approfondir votre réflexion, nous vous invitons à visionner les capsules vidéos suivantes :

1. Crenshaw, K. W. (1991). « Mapping the Margins of Intersectionality, Identity Politics and Violence Against Women of Color ». Stanford Law Review, vol. 43, no 6, 1241-1299.

Qu'avez-vous appris
pendant cette période de confinement ?

Il fut un temps où les gens pouvaient se rencontrer sur la rue, se donner la main, se faire des câlins. Il était possible de faire des fêtes, de jouer aux cartes, d'organiser des rencontres familiales ou communautaires et de visiter les personnes ainées dans la résidence d’à côté. Les gens pouvaient même voyager d’un pays à l’autre, sans aucune contrainte. C’était le bon le temps. Pendant cette période, nous discutions de politique, de religion, des problèmes mondiaux, des droits des femmes, de la pollution de la planète et nous croyions que le monde allait bien parce que la bourse était à la hausse.

Puis les frontières ont été fermées et nous avons dû nous confiner, garder la distance sociale, bannir presque tous les loisirs : plus de rencontres familiales, plus de rencontres d’ami.e.s. La plupart d’entre nous vivions dans la peur d’attraper ou de ramener la COVID-19 à la maison. Plusieurs de nos personnes ainées nous ont même quitté.e.s pour un autre monde sans pouvoir nous dire adieu. Nous étions figé.e.s dans le temps !

Nous avons découvert des personnes braves et généreuses dont le travail est devenu un service essentiel : les personnes aux caisses des magasins, celles qui assurent la livraison dans les épiceries et les pharmacies, les personnes qui conduisent des camions, celles qui ramassent les poubelles. Les aides-soignant.e.s, les préposé.e.s aux bénéficiaires, le personnel infirmier et les médecins sont pour leur part devenu.e.s nos anges gardiens.

Et la vie a continué. Nous avons appris à travailler à distance et à faire des études en ligne. Nous avons aussi découvert les bienfaits du confinement : la pollution qui disparaît peu à peu, les parents qui redécouvrent une vie familiale différente, la réalisation que nos personnes ainées sont indispensables à nos vies. Nous avons redécouvert que les vraies richesses sont celles du cœur.

Depuis mars 2020, nous avons été confiné.e.s dans nos maisons. Nous avons trouvé le temps long, mais plusieurs d’entre nous ont profité de ce temps de réflexion qui nous était accordé. En avons-nous tiré des leçons ?

Arrive maintenant le temps du déconfinement. On nous explique ce déconfinement étape par étape : la réouverture de certains magasins, des parcs provinciaux, des divers services. Il faut continuer de garder la distanciation physique de 2 mètres, laver nos mains avec du savon pendant 20 secondes. Il est aussi recommandé de porter un masque quand nous sortons de chez nous, si nous pensons que le 2 mètres de distance ne sera pas respecté.

Ma première réaction est de dire : « Ça va trop vite ! » J’ai peur du retour à la normale, mais j’ai hâte aussi de retrouver les câlins de mes petits-enfants, car ils me manquent tellement.

Et vous, comment réagissez-vous ? Avez-vous appris quelque chose pendant cette période de confinement ? Avez-vous changé des choses depuis votre confinement ?

Bonne réflexion !

Le Centre Novas - CALACS francophone de Prescott-Russell encourage la solidarité entre les femmes. C'est pourquoi nous avons décidé de lancer la campagne :

« Solidarité entre femmes ! »

Une fois par mois, nous vous proposons une courte vidéo à regarder sur Facebook.

Vous voulez partager une expérience vécue tout en gardant l’anonymat ?  Envoyez-nous, en quelques mots, une description de votre expérience et nous en ferons une petite vidéo.

Par et pour les femmes !

Au Centre Novas, l'année 2020-2021 a débuté le 1er avril 2020. Si vous êtes membre du Centre Novas, il est temps de renouveler votre membriété. Si vous n'êtes pas déjà membre, nous vous invitons à joindre la cause. Par ce geste, vous vous inscrivez dans un mouvement de solidarité dont le but est d'éliminer la violence à caractère sexuel faite aux femmes et aux filles d’expression française de Prescott–Russell. Le statut de membre vous donne droit de vote lors de l’assemblée générale annuelle (AGA).

Pour devenir membre, il suffit de cliquer ici pour remplir le formulaire d’adhésion disponible sur notre site web, et de nous l’envoyer à administration@centrenovas.ca ou par la poste à C.P. 410, Casselman ON K0B 1L0.

Nous sommes là
pour vous !

Nous sommes une petite équipe qui aspire à un objectif commun d’avancement des femmes dans notre collectivité

En cette période progressive de déconfinement, nous sommes heureuses de vous annoncer que les services d’intervention individuelle en personne ont repris, par contre nous avons mis en place plusieurs mécanismes de protection à la fois pour les femmes et nos employées.

Veuillez prendre rendez-vous ou nous contacter pour plus d’information. Nos heures d’ouverture sont toujours du lundi au vendredi de 9 h à 17 h et le mercredi et jeudi jusqu’à 21 h.

613-764-5700 ou 1 866-772-9922

BESOIN IMMÉDIAT ?

La ligne francophone Fem’aide est à l'écoute
24 heures sur 24, 7 jours sur 7 :

1-877- 336-2433  

Nos valeurs

Autonomisation

La reconnaissance du pouvoir d'agir et de prise de parole permettant à chacune la réalisation de ses aspirations tout en étant responsable de ses choix.

Intégrité

La volonté d'agir de manière honnête et responsable dans la transparence favorisant ainsi le création d'une dynamique de confiance et d'un milieu sans jeux de pouvoir.

Respect

L’acceptation sans jugement et l’ouverture face aux différences et au rythme de chacune s’articulent par la volonté d’agir dans une perspective de justice sociale.

Égalité

Le partage de l'information, des pouvoirs et des responsabilités s'exerce par la reconnaissance des rôles respectifs et la mise en place de mesures d'équité.

Soutien

  • Acceuil et écoute
  • Information et référence
  • Intervention/appui individuel
  • Accompagnement
  • Groupe de soutien/cafés rencontres

En savoir plus

Prévention

Le Centre Novas offre des ateliers de prévention, de sensibilisation et d’éducation pour les personnes de tous les âges qui habitent la région de Prescott-Russell.

En savoir plus

Revendication

Le Centre Novas s'implique lors de divers événements afin de revendiquer l'égalité, la justice sociale et l'éradication de la violence et des agressions à caractère sexuel faites aux femmes et aux enfants.

En savoir plus


N'hésitez pas
à nous contacter!

Bureau : 613-764-5700
Sans frais : 1-866-772-9922
administration@centrenovas.ca

 

M'abonner à l'infolettre