Infolettre décembre 2019

Mot du comité de coordination 

On dit qu’en temps de guerre, la première victime est toujours…la vérité. Cette maxime se vérifie toujours aujourd’hui. Tandis que les scientifiques démontrent, études à l’appui, que nous sommes plongés jusque qu’à la racine des cheveux dans un processus de réchauffement planétaire irréversible qui menace à court terme la survie de la plupart des espèces vivantes, Justin Trudeau nouvellement reporté au pouvoir continue d’affirmer que son gouvernement fera la lutte aux changements climatiques tout en étant favorable aux projets de pipelines.

Chez nous, François Legault affirme lui aussi s’intéresser à la lutte aux changements climatiques en éliminant la seule société d’État chargée de la transition énergétique (Transition Énergétique Québec) et en s’appropriant la gestion du Fonds vert pour continuer, entre autres, à financer l’expansion du réseau de distribution gazier d’Énergir et les études de faisabilité du projet Énergie Saguenay. Aveuglement volontaire ? Corruption ? Schizophrénie ? Il est certain que les élus d’aujourd’hui, et tous leurs porte-documents, auront à répondre devant l’Histoire de leur inaction.

Mais quelle que soit la décadence politique actuelle, des citoyens s’activent et mènent le changement. Déjà 365 villes du Québec et 10 universités ont endossé la Déclaration universelle d’urgence climatiquePrès de 300 000 personnes ont signé le Pacte pour réduire leurs émissions de GES. Le projet d’usine d’urée et de méthanol ultra polluante à Bécancour est abandonné. Le conseil de ville de Trois-Rivières a refusé de financer une course automobile en raison de ses émissions de GES. La ville de Montréal a interdit le chauffage au mazout et créé le plus grand parc urbain au Canada. Des entreprises de ville en transition voient le jour un peu partout au Québec. Les jeunes se mobilisent par millions et font la grève pour faire valoir leur droit à un avenir sécuritaire.

Comme disait Hubert Reeves dans le film La Terre vue du cœur, nous vivons une lutte épique où les forces de protection de la nature grandissent très vites, tout comme celles de la destruction. En 2020, nous devrons encore nous mobiliser pour empêcher la réalisation des projets de pipelines d’Énergir et de Gazoduq en Abitibi et au Saguenay et celui de Goldboro LNG en Estrie. Nous devrons faire comprendre à nos élus municipaux qu’aucune partie de notre territoire n’est compatible avec l’exploration, l’exploitation, le stockage ou le transport d’hydrocarbures. Nous devrons mettre un terme aux projets de développement pétroliers et gaziers en Gaspésie et dans le Bas du fleuve comme partout au Québec. Nous devrons stopper l’expansion du réseau de distribution gazier d’Énergir et dénoncer le piège du gaz «naturel» renouvelable qui vise à masquer la pénétration du gaz de schiste au Québec. Nous devrons souder nos forces pour faire échec à l’inertie actuelle face à l’urgence de sortir des énergies fossiles.

En cette période de vacances et de réjouissances, prenons le temps de célébrer avec nos proches et d’apprécier la beauté et la richesse de ce tout que nous avons et que nous voulons transmettre à ceux et celles qui nous suivront.

À tous les protecteurs de la nature, habités d’une rage de vivre et confiants dans le pouvoir de transformation que nous pouvons avoir sur notre avenir, le Comité de coordination et tous les membres du RVHQ vous souhaitent des très joyeuses fêtes !

Meilleurs voeux à tous et à toutes !

Le temps des fêtes est une période de l'année où plusieurs contribuent à des causes. Merci de penser à nous ! Vos dons serviront à soutenir notre action ! 

Faire un don  

Les nouvelles du RVHQ  

Une assemblée générale stimulante

Action Climat Outaouais était l'hôte de l'assemblée générale du RVHQ, tenue le 1er décembre dernier, à Buckhingham. Au cours de cette assemblée, les membres ont pu échanger sur leurs victoires et défis à venir. Merci à toute l'équipe de l'Outaouais pour l'accueil chaleureux ! 

Commentaires du RVHQ sur l'OGAT hydrocarbures

Le 22 octobre dernier, le RVHQ déposait ses commentaires dans le cadre de la consultation sur le projet d'orientation gouvernementale sur l'aménagement du territoire (OGAT hydrocarbures). Les attentes signifiées aux MRC dans le cadre de ce projet : contribuer à l'acceptabilité sociale des activités pétrolières et gazières et permettre le transport par pipeline. Cette OGAT hydrocarbures veut encadrer le pouvoir des MRC de délimiter des territoires incompatibles avec l'exploration, la production et le stockage d'hydrocarbures dans leur schéma d'aménagement et de développement. 

En délimitant des territoires incompatibles, les MRC se trouveraient, par le fait même, à désigner des territoires compatibles. Le RVHQ demande par conséquent, l'abrogation de la Loi sur les hydrocarbures et son remplacement complet par une législation qui mettrait un terme à toute tentative de développer les activités pétrolières et gazières. 

Lire les commentaires 

Des actions municipales pour le climat

Le Regroupement vigilance hydrocarbures Québec travaille à différents projets de règlement municipal sur les changements climatiques.

Pour alimenter notre réflexion, nous souhaitons réunir des idées, des initiatives intéressantes, des exemples inspirants.

Vous êtes tombé sur un article qui parle d'une initiative municipale intéressante au Québec, ailleurs au Canada, quelque part dans le monde ? Vous avez un exemple local à partager ? Vous avez une idée à soumettre ?

Nous vous invitons à partager ici tout lien ou commentaire potentiellement utile.

Merci !

Formulaire en ligne

Analyse  

Gaz naturel et gaz renouvelable ?  

Bruno Detuncq, professeur à la retraite de l’École Polytechnique de Montréal et membre du MEAC (Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville) démontre la langue piégée derrière le terme «gaz naturel renouvelable», appellation qui camoufle l'utilisation croissante du gaz de schiste au lieu des énergies véritablement renouvelables, dont l’hydroélectricité.

Lire l'analyse

Actualités 

Greta Thunberg est devenue personnalité TIME de l'année. Crédit photo : Éric Demers 

Une manifestation historique  

Dans un mouvement de solidarité sans précédent, nous avons mené le 27 septembre dernier avec Greta Thunberg à Montréal la plus grande marche de l’HISTOIRE du Québec et du Canada. Ainsi, près d'un demi million de personnes manifestaient à Montréal, tandis que plus de 60 000 autres à travers 60 villes du Québec lançaient le même message : il y a urgence climatique et il faut agir ! 

Il s'agissait en outre du plus vaste élan de manifestations dans le MONDE. 6,6 MILLIONS de citoyen.ne.s de tous les âges et de toutes les cultures se sont mobilisés dans 3337 villes de 167 pays réclamant ensemble des mesures concrètes de Justice Climatique, TRIPLANT le nombre record du 15 mars 2019.

Si la crise climatique s’accélère, notre mobilisation s'étend encore plus vite. N’arrêterons pas. C’est n'est qu'un début. Nous exigeons la justice climatique ! 

Vidéo réalisée pour la Coalition de la manifestation mondiale pour le climat. Réalisation: Jean-Olivier Paquin d'Oxfam-Québec 

Une partie de la structure a été envoyée en Abitibi et l'autre au Saguenay. Photos : Josée Gagnon, Comité vigilance hydrocarbures de Mont-Saint-Hilaire 

Les membres du RVHQ ont participé aux diverses manifestations à travers le Québec. Un comité réunissant de nos membres a également collaboré à la conception de cette immense structure. Notre message était clair : NON au projet Gazoduq ! NON GNL Québec ! 

Voyez cette vidéo lancée par la Coalition Fjord et le collectif citoyen abitibien Gazoduq, parlons-en afin de sensibiliser la population au projet de Gazoduq/GNL. Nous faisons appel à votre solidarité pour protéger le Fjord et l’Abitibi, mais aussi l’ensemble du climat québécois et mondial !

Pour soutenir la Coalition Fjord et Gazoduq, parlons-en, cliquez ici

Pour signer la pétition contre Gazoduq/GNL, cliquez ici :

GNL Québec: des économistes sonnent l'alarme 

Rappelons que dans une lettre ouverte publiée dans La Presse, un groupe d'une quarantaine d'économistes québécois ont déboulonné certaines prétentions environnementales et économiques des promoteurs de GNL Québec. Quelques semaines plus tard,  le BAPE affirmait qu'il pourrait tenir compte des émissions de GES en amont. Enfin une bonne nouvelle ! 

Lire la lettre 

Quant au projet Gazoduq, le Comité des citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain a déposé, le 12 novembre dernier, un mémoire dans le cadre des premières démarches d'évaluation environnementale. Le comité recommande à l’Agence canadienne de l’évaluation environnementale de rejetter la demande du promoteur et de refuser la construcion de ce gazoduc.

Lire le mémoire 

Un autre projet de gazoduc en Estrie inquiète 

L'expansion du gazoduc Trans Québec-Maritimes prévu en 2022 menace l'Estrie. Peridae Energy prévoit transporter 1,3 milliard de pieds cubes par jour de gaz naturel liquéfié de l'Alberta, en passant par le sud du Québec, vers la ville de Goldboro en Nouvelle-Écosse. Près de six fois plus que le volume actuel. Comme le disait  Alexandre Ouellet, porte-parole de la campagne Goldboro parlons-en ! « On a bloqué Énergie Est dans le passé. On va faire la même chose avec Goldboro. »

Lire plus 

Pour un Québec ZéN : Zéro Émission Nette 

Le Front commun pour la transition énergétique a procédé, le 30 septembre dernier, au lancement de la version 1.0 de sa Feuille de route pour la transition du Québec vers la carboneutralité. Celle-ci a été déposée dans le cadre de la consultation du gouvernement du Québec sur son Plan d’électrification et de changements climatiques. Le Front commun pour la transition énergétique veut ouvrir un dialogue pour concevoir une version améliorée 2.0 qui sera rendue publique le 22 avril prochain, soulignant le 50anniversaire du Jour de la Terre. 

Pour participer au dialogue »» https://www.pourlatransitionenergetique.org/

Lire la lettre ouverte 

Un an après le Pacte pour la transition  

Le Pacte pour la transition a souligné cet automne son premier anniversaire. Dominic Champagne ne désespère pas mais il estime que peu a été fait jusqu'à maintenant. Dans un article publié dans Le Devoir, il disait notamment :

« Il y a un peu plus de 284 000 citoyens qui se sont engagés à poser des gestes pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Mais le gouvernement Legault n’a pas signé le Pacte, pas plus que le gouvernement Trudeau. Et aujourd’hui, nous attendons toujours les engagements pour des actions concrètes, sérieuses et convaincantes qui nous redonneraient confiance ».

Lire plus 

 

Des nouvelles des régions 

Victoire à Bécancour 

Une importante bataille a été remportée avec l'abandon du projet d'usine d'urée et de méthanol de Bécancour en septembre dernier. Philippe Duhamel, du Comité vigilance hydrocarbures de Trois-Rivières, avait ce commentaire au lendemain de l'annonce : 

« Belle victoire — car c’en est une — qui a été célébrée au Comité de vigilance hydrocarbures de Trois-Rivières (CVHTR), alors même que le plus gros point à l'ordre du jour de notre assemblée ce jour-là portait justement sur l’organisation d’une rencontre publique d’information sur le ProjetBécancour.ag. Notre réunion a été écourtée et les membres sont allés célébrer avec les forces vives d’Alternatives Bécancour et les jeunes de La planète s’invite à l’Université. Mémorable !

« Nos adversaires savent ne pas nous enhardir en avouant que nos pressions ont porté. Que s'est-il passé entre le vendredi 27 septembre, alors que plus de 550 000 personnes manifestaient dans les rues du Québec et le lundi suivant, où on annonçait l'abandon de ce projet insensé? Allez savoir ce dont on a parlé derrière les portes closes. »

« Mais comment justifier après cela auprès de la population l’apport de fonds publics à un aussi grand émetteur de GES ? L'opposition citoyenne a dû peser dans la balance. Quoi qu’il en soit, voici une autre coche à notre bâton de marche vers un avenir libéré des énergies fossiles ! ».

Quinze millions. C’est la somme qu’a injectée l’État depuis le démarrage de la première mouture de l’usine de Bécancour.

Lire d'autres réactions 

D'autres bonnes nouvelles 

Récupération des gaz réfrigérants (halocarbures) — L'avenir de PureSphera de Bécancour est assuré avec le nouveau règlement sur la récupération et la valorisation des électroménagers au Québec. Cette entreprise, la seule au Québec spécialisée dans le recyclage d’appareils réfrigérants résidentiels, était fragilisée par l’absence de règlement, qui la condamnait à fonctionner à une fraction de sa capacité. Les producteurs auront jusqu'en 2024 pour se conformer. Cette mesure permettra de réduire les GES de 200 000 tonnes par année, soit l'équivalent de 60 000 voitures.
 
Course automobile d'hiver à Trois-Rivières — La mobiliaton est venue à bout d'un projet de Grand Prix hivernal à Trois-Rivières. Nos comités de la région se sont mobilisés contre ce projet qui a connu son aboutissement lorsque le conseil municipal a finalement refusé d'accorder une subvention de 100 000 $ au projet. En décembre 2018, le conseil municipal adoptait à l’unanimité une résolution déclarant l'urgence climatique. C'est par souci de cohérence avec cette déclaration que neuf élus ont voté contre l'octroi de cette subvention.

 

Des débats sur l'environnement 

Plus de 100 débats non-partisans sur l’environnement, se sont tenus au pays dans le cadre des élections fédérales, le 3 octobre dernier, dont 25 au Québec.

 

Plusieurs de nos comités membres se sont activés derrière ses débats dont les Comités vigilance hydrocarbures de Lanaudière dans la circonscription de Berthier-Maskinongé et les CVH de la MRC de L’Assomption dans la circonscription de Repentigny. Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartieville et Action Climat Outaouais ont aussi organisé des débats. 

 

BRAVO à nos comités organisateurs ! 

 

Débat dans la MRC de Maskinongé 

Ahuntsic-Cartierville a attiré plus de 200 participants     Débat à Repentigny 

Action Climat Outaouais pour un Québec ZéN 

Action Climat Outaouais a rédigé une lettre ouverte Construisons un Québec ZéN dans laquelle notre comité citoyen explique les raisons de son adhésion au projet de co-construction de la feuille de route du Front commun pour la transition énergétique. Voici un extrait : 

« Loin d’être une utopie, le Québec ZéN proposé par le Front commun est une vision qui nous permet de poser les jalons pour l’atteindre — et d’éviter de gaspiller en fausses solutions un temps que nous n’avons plus. Cette vision n’est ni optimiste ni pessimiste : elle vise simplement à cerner ce qui est nécessaire et à proposer des chemins cohérents pour la réaliser. Elle mise sur une société résiliente, plus égalitaire et viable sur le plan environnemental ».

Lire la lettre 

Lanaudière en vrac 

Les Mémés pour le climat ont fait une sortie remarquée aux Galeries Joliette lors du vendredi fou, le 29 novembre dernier. Elles étaient une douzaine à chanter des chansons de Noël, dont les paroles avaient été changées pour dénoncer la surconsommation et ses effets sur l'environnement. Malgré leur caractère innofensif, les mémés ont été chassées mais elles ne tarderont pas à trouver de nouvelles façons d'intervenir dans le débat ! 

Louise Morand de L'Assomption en transition a donné une conférence, le 1er novembre dernier, dans le cadre de la Semaine des éveilleurs de consciences du Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption. Cette conférence a accueilli une trentaine d'étudiants et de membres de la communauté. La feuille de route pour un Québec ZéN y a été présentée.

La Municipalité de Saint-Félix-de-Valois est devenue Communauté bleue, le 6 novembre dernier. Cette certification est le fruit de l’initiative d’une jeune élève qui en a fait la demande officielle auprès du conseil municipal en juin dernier. L’idée est née à la suite d'une présentation d’Odette Sarrazin (à droite) dans la classe de la jeune étudiante.

Désinvestissement chez Desjardins 

Le Comité de vigilance hydrocarbures, Ville de Québec a rencontré la responsable de la communication de Desjardins pour discuter à nouveau de la philosophie de l'institution par rapport aux investissements fossiles. Sous la pression citoyenne incluant plusieurs de nos comités, 35 caisses ont adopté des résolutions en faveur du désinvestissement fossile. À ce jour, Desjardins reste sur sa position très questionable qui consiste « à y être pour influencer et mieux faire », et ce, en dépit d'un mouvement mondial. Mille institutions financières à l'échelle planétaire seraient sorties des hydrocarbures pour plus de $8,700,000,000. 

Québec a également effectué des démarches en vue d’aider la Ville de Ristigouche à récupérer les sommes que lui a attribuées la Cour supérieure dans le procès intenté par Gastem. Condamné à payer des sommes substantielles à la municipalité, Gastem continue, à ce jour, à faire défaut.  

Finalement, le comité de Québec portait ses pancartes en ville le 27 septembre dernier. Baigné dans une foule de 500 000 personnes, le record mondiale, ce fut l’occasion de rencontres intéressantes. Mais surtout, la réconfortante et puissante sensation de ne pas être isolé dans ses revendications d'une nouvelle ère sur terre ; la planète n'ayant pas de plan B. 

Un geste pour la planète 

Le 28 octobre dernier, des élèves d'une école de Saint-Liboire ont posé un geste pour la planète en plantant des arbres pour compenser les gaz à effets de serre. L'activité s'est déroulée en collaboration avec le Comité des citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain.

Arbres.eco, mis sur pied par Jacques Tétreault, s'est fixé comme objectif de planter un million d'arbres au cours des 10 prochaines années. 

En 2020, faites un geste pour la planète ! Plantez des arbres !

Plus d'arbres.eco

Les ateliers énergisants des Îles 

L'Association Madelinienne pour la Sécurité Énergétique et environnementale (AMSÉE) a tenu deux ateliers énergisants en novembre, un portant sur les solutions énergétiques en cas de panne de courant, l'autre sur la mobilité durable. 

En matière d'écomobilité, Camille Heidelberger explique que l’AMSÉE voulait ouvrir une discussion avec les différents acteurs du milieu des transports pour mieux cerner les problématiques et de mettre en lumière les initiatives novatrices déjà existantes aux Iles.

Une de celles-ci est le vélo à assistance électrique qui est de plus en plus en vogue.  

Camille, qui était de passage dans la région de Montréal, a pu assister à l'assemblée générale du RVHQ à Buckhingham, le 1er décembre dernier.

Lire plus

Un forum vert   

Plusieurs membres de Mobilisation Climat Trois-Rivières se sont mobilisés autour de la préparation du Forum des églises vertes qui s’est tenu les 19 et 20 octobre dernier au Sanctuaire Notre Dame du Cap-de-la-Madeleine. Ce dernier a regroupé plus d’une centaine de personnes dans des conférences, ateliers et panel de discussions sur des sujets touchant l’éducation, la spiritualité, l’action et la famille, le tout en lien avec la question des changements climatiques. Le thème de l’eau a constitué le fil conducteur de ce forum.

 

Formation en résistance citoyenne 

Philippe Duhamel offre une formation en résistance citoyenne, le 19 janvier prochain, à Trois-Rivières. Il compte plus de trente années d’expérience comme organisateur, activiste, stratège et éducateur dans le domaine de la désobéissance civile et de l’action directe.

 

Pour vous inscrire

Votre don nous aidera à faire résonner la voix citoyenne en cette période où se prennent des décisions qui engageront le Québec, le Canada et la planète pour de nombreuses décennies.

Faire un don 

Merci à tous nos donateurs, collaborateurs et collaboratrices !

Vous recevez cette Infolettre parce que vous vous êtes inscrit auprès de nous pour la recevoir. Nous espérons que vous en apprécierez la lecture. 

Notre adresse courriel : info.rvhq@gmail.com

Inscription à l'infolettre
 

Copyright © 2019 - RVHQ, Tous droits réservés.