Infolettre mai 2020 

Mot du comité de coordination 

La pandémie de la COVID-19 nous a montré à quoi ressemble une descente énergétique rapide: transport aérien réduit à l’essentiel, annulation des croisières, déplacements automobiles plus rares, consommation locale, arrêt de l’industrie (ou presque). Pendant ces quelques semaines extraordinaires, nous avons été témoins d’une spectaculaire amélioration de la qualité de l’air et de la solidarité sociale. Ces constats positifs ne doivent pas nous empêcher de constater la gravité des impacts subis et à venir des crises économique et sanitaire.

Depuis des années, les experts du climat demandent aux gouvernements un plan de diminution contrôlée de la consommation d’énergie pour faire face adéquatement à l’urgence climatique. L’arrêt de l’économie auquel nous avons assisté avec la COVID est une descente chaotique, improvisée, qui précipite des millions d’individus au chômage. C’est un état de crise qui résulte d’une absence de planification. Nos gouvernements sauront-ils tirer la leçon de cette situation et mettre en place une véritable stratégie de transition pour une société juste et résiliente face à la crise environnementale majeure qui se profile? Il y a de bonnes raisons d’en douter.

D’abord, le fait que le gouvernement fédéral ait autorisé la poursuite de la construction de trois pipelines pendant le confinement (Coastal GasLink, Keystone XL, TransMountain), en dépit de l’opposition des populations et de l’effondrement de l’industrie pétrolière, démontre que la leçon de l’urgence climatique n’est pas encore comprise. Au Québec, le gouvernement Legault a autorisé discrètement, au début d’avril, la construction d’un nouveau pipeline d’Énergir pour alimenter en gaz la zone industrialo-portuaire de Saguenay. Ce qui devrait permettre au projet d’usine de métallurgie de Métaux BlackRock d’aller de l’avant, en bordure du Fjord, avec ses émissions de 400 000 tonnes de GES par année et la multiplication par trois du trafic maritime dans l’habitat du béluga. De plus, Legault facilite par une nouvelle réglementation la venue de Questerre Energy dans les basses terres du St-Laurent. Le retour en force de la filière gazière se profile avec la nomination à la direction d’Hydro-Québec de l’ex-présidente d’Énergir, madame Sophie Brochu, ainsi que la nomination d’un administrateur de Questerre, M. Alain Sans Cartier, au conseil exécutif du premier ministre.

En plus de ces menaces pour l’environnement et l’avenir des jeunes, la relance met aussi à risque les services publics et la démocratie. En effet, le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il mise sur la Banque de l’infrastructure du Canada pour financer de vastes chantiers à travers le pays. Cette nouvelle Banque, créée en 2017, réunit des fonds d’investisseurs privés internationaux qui pourront investir massivement dans les routes et ponts à péage, travaux d’aqueducs et d’égouts, réseaux de distribution d’électricité ou de transport en commun, avec des taux d’intérêts deux fois plus élevés que ceux dont bénéficient habituellement les gouvernements. Le modèle d’affaire est celui du Réseau express métropolitain (REM) où, sans aucun consensus social, les profits vont au privé et les déficits sont pris en charge par l’État. Sans surprise, c’est le même Michael Sabia, instigateur du REM, qui dirige la Banque des infrastructures.

La pause de la COVID aura permis à plusieurs, les chanceux et chanceuses qui sont en dehors des services essentiels, de rester chez soi et se reposer. Avec le début du déconfinement, une nouvelle réalité s’impose à nous : la vie ne sera plus comme avant. Il nous faut désormais apprendre à vivre avec une nouvelle maladie et les intérêts financiers (pas nouveaux ceux-là) qui tentent déjà de profiter de l’ébranlement général pour pousser leur agenda de dérèglementation et de privatisation, avec la destruction sociale et environnementale que cela peut entraîner.

Plus que jamais, nous devons être vigilant.e.s et présent.e.s auprès de nos municipalités. Et plus que jamais, il faudra entretenir et renouveler nos forces. Mais ce moment marque aussi une merveilleuse opportunité d’éveil collectif pour une transition vers une société juste, écologique et viable à long terme. Le train de l’Histoire est toujours en marche et, comme dit le philosophe Maurice Blanchot : «Il faut aimer l’avenir qu’on ne connait pas».

Les nouvelles du RVHQ  

Une assemblée générale virtuelle 

Covid-19 oblige, le RVHQ a tenu son assemblée générale de façon virtuelle, le 3 mai dernier, avec près d'une cinquantaine de participants. Richard Langelier a notamment fait le point sur la nouvelle offensive de l'industrie gazière et pétrolière. Le gouvernement a mené en pleine Covid, une consultation sur son projet de règlement visant l’encadrement d’activités en fonction de leur impact sur l’environnement, le REAIE, publié le 19 février dernier.

Une nouvelle offensive gazière et pétrolière

«La CAQ a changé d'opinion et est favorable à la recherche d'hydrocarbures. Les nouvelles normes nous ramènent 10 ans en arrière. En refusant d'harmoniser le RPEP, on favorise la contestation juridique de Questerre », a expliqué le juriste.

L'avis envoyé par Questerre aux citoyens de plusieurs municipalités a fait sursauter.

La nomination d'un ancien administrateur de Questerre à un poste stratégique dans le gouvernement Legault laisse songeur.

La Loi sur les hydrocarbures et ses règlements interdisent la fracturation hydraulique dans le shale (schiste) et imposent des distances séparatrices de 1 km par rapport aux cours d’eau.

Le problème est que le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP), qui, lui, découle de la Loi sur la qualité de l’environnement, donc du MELCC, prévoit d’autres règles qui contredisent les règlements du MERN.

En effet, le RPEP permet la fracturation hydraulique sur l’ensemble du territoire et donne des distances séparatrices plus courtes. Questerre a donc décidé de contester la légalité des règlements du MERN devant la Cour supérieure du Québec.

La riposte est engagée

  1. Le Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste a présenté un mémoire exigeant le retrait du nouveau règlement (REAIE) et l'harmonisation du RPEP.
  2. Le Comité de pilotage des municipalités qui réclament une meilleure protection de leurs sources d’eau potable a aussi présenté un mémoire et envisage de demander au tribunal la permission d’intervenir.
  3. Des scientifiques ont déjà fait connaitre leurs critiques et oppositions, dont Marc Durand.
  4. Des comités ont commencé à écrire aux journaux.
  5. Des citoyens et des comités ont commencé à écrire à leur député pour se plaindre de ces changements d’orientation du gouvernement de la CAQ.

Mémoire du RVHQ sur les forages extracôtiers

Le RVHQ a participé à une consultation publique menée par l’Agence canadienne d’évaluation d’impact sur un projet de règlement qui n'est pas sans conséquence. Ce projet, s’il était accepté, ferait en sorte que les forages en mer à l’est de Terre-Neuve-et-Labrador ne seraient plus soumis au processus d’évaluation environnementale.

Le RVHQ a demandé l’abolition du règlement en raison, entre autres, des lacunes du rapport du Comité d’évaluation régionale, du manque d’évaluation et de suivi de la part du gouvernement, des normes de sécurité insuffisantes, du déni du principe de précaution et du manque d’acceptabilité sociale. Le RVHQ demande qu’aucun forage ne soit pratiqué dans les zones protégées et territoires de pêche et qu’aucun forage en mer ne soit soustrait à une évaluation environnementale. Le RVHQ demande que le gouvernement canadien évalue la durabilité de l’industrie pétrolière et gazière dans le contexte des crises climatique et environnementale actuelles, en tenant compte des émissions de gaz à effet de serre en amont et en aval de toutes ses activités et de ses impacts sur la biodiversité et la santé publique.

Ce règlement devra subir le test des tribunaux. Des groupes écologistes viennent, en effet, de lancer une action en justice.

Lire le mémoire 

Des guides citoyens  

Des vieux frigos très polluants   

Saviez-vous que les halocarbures ont un impact important sur le climat ? Un réfrigérateur jeté émettra des gaz qui auront un impact équivalent à 3,7 tonnes de CO2, soit la quantité émise par une voiture moyenne qui parcourt 17 000 km en un an.

Le RVHQ s'est donné pour mission de faire progresser ce dossier. Le gouvernement du Québec a récemment ajouté les appareils réfrigérants à la liste des produits visés par le Règlement sur la récupération et la valorisation de produits par les entreprises. Les citoyennes et citoyens peuvent intervenir auprès de leur municipalité

C'est ainsi que nous vous offrons le Guide citoyen pour la récupération des halocarbures: combattre le réchauffement un frigo à la fois, ainsi qu'un court feuillet d'information. Consultez-les, servez-vous en, faites-les circuler !  

Pour en savoir plus

Guide sur les changements climatiques 

Un nouveau guide citoyen sur les changements climatiques a fait son apparition au Québec. Réalisé par une équipe de bénévoles dont plusieurs membres du RVHQ, ce guide pratique permet aux lecteurs de mieux comprendre l’impact de leurs activités sur le climat et d’agir en conséquence pour réduire leurs gaz à effet de serre. Un échantillon de ce guide est en ligne sur le site web du RVHQ. 

Votre don nous aidera à proposer des solutions concernant nos agissements quotidiens face à la protection de l’environnement et à faire résonner la voix de chacun de nous. 

Contribuez au succès de ce guide ! 

Commandez vos copies maintenant !

Pour en savoir plus

Actualités 

Crise des blocages ferroviaires

La réponse à la crise des blocages ferroviaires est cinglante. En dépit de l’opposition manifestée par la nation autochtone wet’suwet’en, en pleine crise de la COVID-19, Ottawa accorde des millions de dollars à la multinationale TC Energy pour l’aider à financer la construction du gazoduc Coastal Gaslink.

Ce projet a pourtant soulevé une vive controverse. Le RVHQ a exprimé sa solidarité avec le peuple wet'suwet'en dans un communiqué. Il est vraiment choquant de constater que Justin Trudeau continue de nous enfoncer dans l'ère fossile sous le faux prétexte de contribuer à la réduction de la consommation de charbon en Asie.

Victoire - Teck Frontier abandonné

Fin février, la vancouvéroise Teck Ressources a annoncé qu'elle abandonnait son mégaprojet d'exploitation des sables bitumineux. Teck Frontier, un projet de 20 milliards de dollars, devait permettre d’extraire 260 000 barils de pétrole par jour, pendant 41 ans. 

La mobilisation citoyenne n'est pas étrangère à cette décision. Une belle victoire qui fait du bien ! 

GNL Québec - BAPE reporté

En raison de la crise du Covid-19, le BAPE a annoncé le report de la commission d’examen qui devait étudier le projet d’usine gazière de GNL Québec. 

Le RVHQ a préparé une trousse de participation citoyenne vous donnant les renseignements pour faire connaitre votre opinion. Les dates inscrites dans la trousse changeront compte tenu du report. Nous vous ferons connaitre les nouvelles échéances. 

C'est le bon moment pour commencer la rédaction de votre mémoire ! À vos plumes ! 

Pour en savoir plus

Conférences 

Pour un Québec ZéN : des midis conférences 

Pendant la période de confinement, le Front commun pour la transition énergétique (FCTE) a organisé des courtes conférences réunissant des experts sur différents enjeux liés à l’urgence climatique et la transition vers une écosociété plus résiliente et juste. Les vidéos de cette série de rencontres, intitulée Les midis de la transition, sont disponibles sur internet.

Accédez aux conférences ici 

L'après pandémie : pour une transition réussie  

La pandémie de COVID-19 a rapidement transformé nos habitudes de vie. Quelles leçons pouvons-nous tirer de cette crise sanitaire et économique, et comment parvenir à bâtir des communautés plus résilientes face aux crises à venir ?

Des membres du Front commun pour la transition énergétique (FCTE) ont fait l’exercice de répondre à ces questions et d’imaginer à quoi pourrait ressembler la société de demain. Bruno Detuncq et Louise Morand retracent les causes et conséquences de la pandémie et présentent les grandes orientations du projet Québec ZéN (zéro émission nette) pour une société qui respecte les limites de la planète et pour un avenir viable.

Samedi le 23 mai à 11h

Lien Zoom : https://us02web.zoom.us/j/87007149673

Les nouvelles des régions 

 Une fiche technique sur le gaz naturel 

Action Climat Outaouais vient de mettre au point une fiche technique portant sur le gaz naturel et le projet GNL Saguenay. ACO espère que cette fiche technique permettra de lancer un débat à Gatineau d’abord mais également ailleurs en Outaouais ou au Québec.

Une copie de ces documents a été transmise au Maire Maxime Pedneaud-Jobin et à chacun(e) des conseillères et conseillers de Gatineau pour leur indiquer l’intérêt des membres d’ACO à présenter le contenu de cette fiche technique sur le gaz naturel, lors d’une rencontre virtuelle avec les membres du Conseil. Après une première rencontre à Gatineau, ACO aimerait pouvoir sensibiliser le Conseil des maires des autres MRC de l’Outaouais.

Nous vous invitons à lire la fiche technique et à la partager avec vos collègues et vos partenaires.

Pour en savoir plus

 Conférence du MEAC

Plus d'une cinquantaine de personnes sont venues entendre le Dr. Éric Notebaert, le 4 février dernier, au Café de Da à Ahuntsic. Cette conférence était organisée par Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville. Le Dr Notebaert, urgentologue et citoyen fort engagé sur les questions de santé et d'environnement a plus d'une fois mis en garde les autorités contre la menace climatique sur la santé. L'urgentologue s'insurge notamment contre les subventions accordées à l'industrie pétrolière, « une énergie mortifère » et les projets de fracturation hydraulique tels que celui de GNL Québec. 

NON à Teck Frontier   

Plusieurs de nos groupes ont participé à la campagne contre le projet de sables bitumineux Teck Frontier. Ici, quatre militants de Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville en visite aux bureaux de la ministre Mélanie Joly.

 

De gauche à droite : Mélanie Busby, Gisèle Comtois, Jacques Lebleu et Pascale Carrere.

Explosion à Batiscan: Fermeture de puits demandée

Le Comité Vigilance Hydrocarbures MRC des Chenaux s’inquiète depuis longtemps des nombreux puits forés et laissés à l’abandon. Voilà qu’un de ceux-là s'est réveillé, le 14 février dernier. Heureusement, l’éruption n’a causé que des inconvénients matériels. On a dû cependant évacuer les résidents de trois maisons situées à une centaine de pieds de ce puits. Mais, qu’en est-il pour les autres puits?

Devant l'omerta entourant les opérations de colmatage, les membres du CVH MRC des Chenaux ont décidé de rédiger une lettre demandant au Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles d’exiger la fermeture de ces puits aux frais de la compagnie propriétaire afin de réduire les craintes de la population et l’apparition de dommages.

Lire la lettre 

Recyclage de pancartes  

La Coalition Fjord et Gazoduq, parlons-en! utiliseront les pancartes de l'opération VousNePasserezPas ! Les affiches avec de nouvelles bandelettes autocollantes serviront lors des actions des groupes du Saguenay et de l'Abitibi. 1,000 pancartes ont été envoyées dans les deux régions. Bravo au CVH de Lavaltrie pour ce beau reclyclage ! 

 

Le CVH de Lavaltrìe en mode action   

Le Comité vigilance hydrocarbures de Lavaltrie a été très actif depuis le début de l'année. Participation au comité consultatif en environnement de Lavaltrie, questionnement autour de l'abandon des licences de Ressources Utica dans la région, souper bénéfice en soutien à la communauté Wetsuwet’en, rencontre avec les députés de la région et rédaction d'un mémoire pour le BAPE d'Énergie-Saguenay: vous trouverez tous les détails de l'action de ce comité très dynamique en cliquant sur le bouton. 

Compte-rendu

Quand les mémés militent  

Les Mémés pour le climat ont exprimé leurs inquiétudes aux maires et mairesses de la MRC de Joliette quant à l’environnement et aux changements climatiques lors de la séance du 28 janvier dernier. 

Vous aimeriez en savoir plus sur ces drôles de mémés pour le climat ? L'article de Marie Boule de l'Actualité vous les fait connaître avec brio !

Lire l'article

Photo L'Action d'Autray - Steven Lafortune 

Désinvestissement des énergies fossiles  

Mobilisation Climat Trois-Rivières a fait adopter des résolutions par les deux Caisses Desjardins de Trois-Rivières sur le désinvestissement des énergies fossiles. Les caisses se sont engagées à porter le message à l'assemblée générale du mouvement. MCT travaille également sur les chantiers de la DUC et suit de près les autorités municipales pour connaitre ses avancées en matière de réduction de GES sur le territoire. Voyez cette vidéo où des membres du groupe interpellent le conseil de ville. 

Votre don nous aidera à faire résonner la voix citoyenne en cette période où se prennent des décisions qui engageront le Québec, le Canada et la planète pour de nombreuses décennies.

Faire un don au RVHQ

Merci à tous nos donateurs, collaborateurs et collaboratrices !

Vous recevez cette Infolettre parce que vous vous êtes inscrit auprès de nous pour la recevoir. Nous espérons que vous en apprécierez la lecture. 

Notre adresse courriel : info.rvhq@gmail.com

Inscription à l'infolettre
 

Copyright © 2019 - RVHQ, Tous droits réservés.