Septembre 2020

L'automne dans les pages de QuébecOiseaux

Le confinement survenu le printemps dernier en lien avec la pandémie a amené bon nombre d'ornithologues demeurant en milieu urbain à redécouvrir leur environnement plus immédiat. L'édition courante du magazine QuébecOiseaux aborde justement les oiseaux des villes dont les populations ont beaucoup évolué depuis 25 ans, et se penche notamment sur l'importance des grands parcs et des espaces verts en milieu urbain, tant pour les humains que la gent ailée. Il y est aussi question des meilleurs sites du Grand Longueuil qui permettent d'observer une avifaune étonnamment diversifiée.

Ce numéro comprend également un portrait du Bécasseau minuscule, un article sur l'évolution des noms d'oiseaux au cours des siècles, la présentation de végétaux exceptionnels pour attirer les granivores au jardin, un récit de Michel Robert illustré par le peintre Ghislain Caron, ainsi que les chroniques habituelles comprenant les actualités, le défi d'identification et les observations saisonnières.

Cette édition automnale est disponible en kiosque, ou par commande dans notre boutique en ligne. Les abonnés peuvent également consulter l'édition numérique  dans l'application mobile ou sur le Web.

Un encan en ligne et une webconférence-bénéfice pour 2021!

La pandémie aura eu raison des deux principales activités de financement de QuébecOiseaux pour l'exercice en cours. Le Grand Défi, qui aurait eu lieu en plein coeur du confinement, a dû être annulé. Avec l'arrivée du nouveau programme d'appariement Placements Sports et Loisirs, il est estimé que cette annulation nous a privés de revenus d'environ 60 000 $.

La soirée-bénéfice, qui connaissait un vif succès depuis quelques années, a aussi été annulée pour 2021 en raison de l'incertitude entourant les possibilités de tenir des rassemblements – et la crainte d'une éventuelle deuxième vague de COVID-19.

Afin de pallier l'abandon de ces activités de financement, nous proposons de tenir un encan en ligne où les ornithologues et tous les amis des oiseaux pourront trouver plusieurs produits et forfaits attrayants. Ce sera l'occasion de faire quelques bonnes affaires mais surtout, de soutenir le développement du loisir ornithologique et la conservation des oiseaux.

Si vous êtes en mesure de fournir des produits intéressants pour l'encan ou si vous connaissez quelqu'un qui pourrait le faire, nous vous invitons à nous contacter (info@quebecoiseaux.org).

L'encan débutera le 29 janvier et se terminera le 11 février avec la présentation d'une webconférence-bénéfice donnée par Serge Beaudette, sous le thème « Prouesses d'oiseaux, une leçon d'humilité ».

Les détails seront affichés dans les prochaines semaines à l'adresse : https://quebecoiseaux.org/activites-benefices.

Plusieurs nouveaux épisodes de Tous aux oiseaux!

Depuis la publication de la dernière édition du Migrateur, plusieurs nouveaux épisodes de notre balado Tous aux oiseaux! ont été produits :

Épisode 3 – Surveillance des migrations : Gaspard discute de la migration des oiseaux de rivage dans l'est du Québec avec Christophe Buidin, alors que Marie-Hélène Hachey dresse un bilan de la situation globale des oiseaux de rivage.

Épisode 4 – Des crépuscules de Yellowstone au colibri : Discussion sur la vie d'Audubon avec Louis Hamelin, auteur du roman « Les crépuscules de la Yellowstone », suivie de trucs pour attirer le colibri, avec Camille Dufresne.

Épisode 5 – Limicoles sous surveillance : Gaspard dresse un portrait de la migration printanière 2020 et discute du fonctionnement et de l'importance des observatoires d'oiseaux au Québec avec Pascal Côté et Laetitia Desbordes, de l'Observatoire d'oiseaux de Tadoussac.

Ces épisodes sont archivés. Il vous est donc possible de les écouter quand vous voulez, à partir de votre application favorite ou sur le Web, si vous les avez manqués.

La section Aide d'eBird maintenant disponible en français

Ce printemps, le Cornell Lab of Ornithology a effectué une importante mise à jour de la section Aide du site Web d’eBird. Nous sommes heureux d’annoncer que cette section est maintenant entièrement disponible en français sur le site d'eBird Québec. Vous souhaitez connaître la meilleure façon de saisir vos données, de verser des photos dans eBird ou d’entrer la liste de toutes les espèces que vous avez observées dans votre vie? Vous trouverez les réponses (et bien d’autres informations) dans la section Aide. Un immense merci à Jean-Pierre Artigau qui a consacré plusieurs mois à cette tâche colossale, et ce, de façon bénévole.

Par ailleurs, vous avez sans doute remarqué que la page Mon eBird s’est offert une cure de jeunesse. Cette page devrait subir des modifications additionnelles dans le futur, tout comme le site Web en général. Il se peut donc que certains termes français retournent à leur langue originale (anglais). Veuillez communiquer avec nous si vous observez de tels cas. Merci de nous aviser également si vous décelez des problèmes dans la section Aide (p. ex. hyperliens qui ne fonctionnent pas). Toutes les corrections que nous apporterons seront mises en ligne à la prochaine mise à jour du site.

Les clubs en actions!

Cette nouvelle section a pour objectif de faire connaître les nombreuses initiatives menées par les bénévoles des clubs affiliés à QuébecOiseaux. Les clubs sont des éléments essentiels au développement et à la promotion du loisir ornithologique, mais aussi à l'occasion à la protection des oiseaux et de leurs habitats, dans toutes les régions du Québec.

Au secours du Goglu des prés et autres oiseaux champêtres en Outaouais

En collaboration avec la Fédération canadienne de la faune, le Club des ornithologues de l'Outaouais (COO) participe à l'inventaire du Goglu des prés et de la Sturnelle des prés, deux espèces à statut précaire. Ce projet de deux ans est coordonné en partie par Carl Savignac, soutenu par plusieurs membres du COO en mesure de reconnaître de façon auditive et visuelle les deux espèces ciblées.

Le projet consiste à documenter le succès reproducteur des goglus, sturnelles et autres espèces d’oiseaux champêtres dans les prairies et pâturages ciblés en Outaouais. Une vingtaine de producteurs de bovins et de fourrage ont accepté de participer, et plus de 225 heures-terrain ont été effectuées en 2019 et 2020. Les données recueillies serviront à déterminer quel sont les bonnes pratiques agricoles déjà appliquées par les producteurs et, au final, à recommander d’autres pratiques pouvant favoriser la conservation des deux espèces ciblées (p. ex. protéger les sites de reproduction, réduire les prises accidentelles). Les résultats des inventaires serviront à développer un nouvel étiquetage de produits de boucherie qui seraient favorables aux oiseaux champêtres.

Selon nos observations, les goglus préfèrent les champs de foin, et sont donc vulnérables à une fauche hâtive (avant le début juillet). La sturnelle a été observée plutôt dans les pâturages, ce qui la rend moins vulnérable. Nos résultats indiquent que le report de la fauche du foin après le 30 juin est la pratique agricole la plus utilisée par les producteurs participants et qu’elle favorise un meilleur succès reproducteur. Une barre d’effarouchement a également été testée pour la première fois en Outaouais lors du fauchage du foin. Fait intéressant, nous avons trouvé la Maubèche des champs sur deux propriétés où l’élevage de bovins y est intensif et où la présence de l’espèce n’avait pas encore été documentée en Outaouais.

Structure pour Hirondelles à front blanc

Le 9 mai 2020, le Groupe des ornithologues de Beauce-Etchemin (GOBE) installait sur l’île Pozer de St-Georges une structure visant à accueillir des nids d’Hirondelles à front blanc.

Cette construction, inspirée de lieux privilégiés par l’Hirondelle à front blanc pour faire ses nids comme l’espace situé sous les corniches de maison devrait permettre d’éventuellement accueillir une colonie. Il se peut toutefois que nous devions faire preuve de patience avant que l’espèce vienne s’y établir. Impossible de savoir à quel moment elle repérera le site ni si elle le choisira bien que celui-ci lui offre tous les éléments dont elle a besoin : être à l’abri des intempéries, disposer d’une surface permettant une bonne adhérence pour que son nid tienne bien et finalement pouvoir trouver de la nourriture (insectes), de même que le matériau dont elle a besoin pour fabriquer sa demeure : de la boue.

Pourquoi avoir choisi de protéger cet oiseau plutôt que tout autre? Tout simplement parce que sa situation est précaire. Plusieurs propriétaires ne tolèrent pas sa présence sous leur corniche et d’autre part, les matériaux utilisés pour la construction ne permettent souvent pas une adhérence suffisante pour qu’elle puisse y construire son nid.

Le GOBE a également érigé un panneau d’interprétation près de la structure qui permettra aux marcheurs d’en apprendre plus sur cet oiseau et ses habitudes de nidification.

Plusieurs personnes se sont impliquées dans ce projet. Le GOBE tient à toutes les remercier, en commençant par l’instigateur qui a lui-même construit la structure, monsieur Paulin Rodrigue.

Les chats et les oiseaux : des caméras braquées sur les félins!

Le Club des ornithologues de l'Outaouais (COO) s’est joint à Nature Canada pour mener une étude sur les chats en milieu urbain. Au Canada, les chats sont responsables de la mortalité d’entre 100 et 350 millions d’oiseaux par année, dont 38 % est attribuable aux chats domestiques (Blancher 2013). Pour mettre ces chiffres en perspective, les chats sont responsables de quatre fois plus de mortalités d’oiseaux que la deuxième cause d’origine humaine. Chaque chat tue en moyenne 16 oiseaux par année. Dans ce contexte, le problème est clair, mais trouver des solutions fiables et mesurer les résultats de nos efforts n’est pas un processus simple.

Le projet vise à expérimenter un protocole simple de mesure de la densité de chats dans les secteurs densément peuplés de Gatineau. Cinq caméras de terrain sont utilisées par les membres du COO pour traquer tout ce qui bouge jour et nuit. À la fin juillet, une vingtaine de sessions de 15 jours étaient complétées grâce à la collaboration de résidants ayant hébergé une caméra sur leur propriété. Jusqu’à maintenant, les résultats sont époustouflants : des chats bien sûr mais aussi des marmottes, lapins, écureuils, ratons laveurs… et plusieurs espèces d’oiseaux sont fixés dans les cartes mémoires. L’expérience se poursuivra jusqu’à l’automne grâce à l’appui de plusieurs bénévoles du COO. Le but ultime de ce projet est de mieux connaître la densité de chats afin d’aborder la mise en œuvre de mesures d’atténuation de la présence du plus grand prédateur d’oiseaux en Amérique du Nord. Le COO est heureux de s’associer à Nature Canada qui poursuit des interventions dans cette voie depuis quelques années, notamment via son programme Des chats et des oiseaux.

Le 30e anniversaire du Club d'ornithologie d'Ahuntsic

À la fin de l’année 2019, ce fut déjà le 30e anniversaire du Club d’ornithologie d’Ahuntsic (COA), fondé à l’automne 1989. Une célébration spéciale a eu lieu à cette occasion le 7 septembre, au Nichoir, situé à Hudson.

Après une balade sur une partie des sentiers qui jouxtent ce site (dans la réserve naturelle Clarke Sydenham et suivie d’une visite libre des volières), on a eu droit à un brunch ponctué d’allocutions et de tirages de prix de présence. Puis ce fut la nomination de madame Francine Lafortune comme membre honoraire, à laquelle on offrit une aquarelle et un exemplaire du Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional en guise de reconnaissance pour sa remarquable implication au sein du COA depuis près de 25 ans.