Infolettre

25 février 2021

Vol. 6 no. 3

 

UN IMPORTANT MESSAGE
DE NOTRE FÉDÉRATION

 

 

Chères et chers membres,

 

Depuis le mois de janvier, la FNEEQ a Ă©tĂ© invitĂ©e Ă  participer presque simultanĂ©ment Ă  trois consultations : les effets de la pandĂ©mie sur l'enseignement pour le Conseil supĂ©rieur de l'Ă©ducation ainsi que la santĂ© mentale Ă©tudiante d'une part et la rĂ©ussite d'autre part pour le ministère de l'Enseignement supĂ©rieur (MES). La troisième Ă©tait accompagnĂ©e d'un Ă©chĂ©ancier particulièrement contraignant pour celles et ceux qui souhaitaient y participer.  Or, nous avons compris, Ă  travers les propos de divers intervenants lors de la journĂ©e de lancement du Chantier de la rĂ©ussite, le 1er fĂ©vrier, que les organisations patronales avaient eu la chance de s'y prĂ©parer beaucoup plus adĂ©quatement en participant Ă  des comitĂ©s prĂ©paratoires tout au long de l'automne 2020. Cette disparitĂ© de traitement entre les partenaires de l'enseignement supĂ©rieur est aussi devenue Ă©vidente lors de la participation aux ateliers : alors que notre fĂ©dĂ©ration syndicale, qui reprĂ©sente 30 000 enseignantes et enseignants dans les cĂ©geps et les universitĂ©s, Ă©tait limitĂ©e Ă  la prĂ©sence d'une seule personne par jour, nous avons constatĂ© que les directions d'Ă©tablissements ainsi que les organisations Ă©tudiantes assistaient pour leur part en grand nombre aux discussions. Nous sommes en droit de nous demander s'il s'agit d'une rĂ©elle consultation des diffĂ©rents groupes qui Ĺ“uvrent dans le milieu. 

Nous nous interrogeons sur cette façon de faire de la part du ministère. S'il est un sujet qui concerne au premier chef les enseignantes et les enseignants des cégeps et des universités, c'est bien celui de la réussite. Nous avons d'entrée de jeu déploré le peu de considération accordé aux enseignantes et aux enseignants à la fois aux étapes de la préparation de ce chantier et de la consultation, et nous demandons maintenant au MES de corriger le tir à celle de l'élaboration du plan d'action sur la réussite qui en découlera. Nous tenons en outre à lui rappeler que le succès de tout projet en enseignement supérieur passe nécessairement par une concertation étroite avec celles et ceux qui côtoient quotidiennement les étudiantes et les étudiants, et ce, dans le respect de leur jugement et de leur autonomie professionnelle. Notre mémoire est actuellement en préparation. Dès qu'il sera complété, il sera accessible sur le site web de la FNEEQ.

Dans un autre ordre d'idées, l'annonce faite récemment par la ministre Danielle McCann d'un retour graduel des étudiantes et des étudiants sur les campus des cégeps et des universités a suscité de nombreuses réactions. Si plusieurs personnes s'en sont réjouies, d'autres ont manifesté de l'inquiétude ou des réserves, notamment quant à la sécurité des milieux d'enseignement (ventilation des locaux, évaluation des facteurs de risque, vulnérabilité des personnes ayant certains problèmes médicaux). Dans tous les cas, nous croyons que les décisions locales doivent être prises en collaboration étroite avec les enseignantes et les enseignants.

En outre, la ministre a semé la confusion en sous-entendant l'imposition d'un enseignement comodal généralisé. À cet égard, la FNEEQ tient à rappeler ses positions, renouvelées à maintes reprises, en faveur de l'enseignement en présence, qui doit être privilégié et maintenu en tout temps là où il existe. Sous prétexte d'une accessibilité accrue, certaines directions voudraient introduire ce mode d'enseignement, ce qui aurait pour conséquence d'alourdir considérablement la tâche des enseignantes et des enseignants tout en présentant des difficultés considérables sur le plan pédagogique. D'autres solutions doivent être envisagées à court terme pour favoriser le retour sur les campus. Quant à l'enseignement post-pandémie, la FNEEQ réclame une réflexion collective pour établir des balises essentielles à l'intérieur desquelles le développement de l'enseignement à distance pourrait s'effectuer si et seulement si ce dernier s'avérait nécessaire.

 

Solidairement vĂ´tre,

Le comité exécutif de la FNEEQ-CSN

 

 

Sondage de la FNEEQ
sur les conditions d’enseignement en
 situation de pandĂ©mie

✔️

Le SCCCUM vous invite à participer à un très important sondage portant sur les conditions d’enseignement en situation de pandémie. Ce sondage est organisé par la Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), qui, avec nous, fait partout entendre la voix des personnes chargées de cours, en particulier au sujet des exceptionnelles conditions d’enseignement qui leur sont imposées depuis un an.

Le SCCCUM souhaite que le plus grand nombre possible de ses membres complètent le sondage, de sorte que les résultats reflètent le plus possible les conditions d’enseignement qui sont les nôtres. Il s’agit d’une excellente occasion de bien informer les instances gouvernementales et universitaires au sujet de nos conditions de travail.

Prenez une dizaine de minutes pour faire connaître votre situation en complétant le sondage d’ici le 10 mars. Cliquez ici.

 

 

Déclaration sur le revenu et déduction relative aux dépenses de télétravail

đź’°

Si, en raison de la pandémie, vous avez dû télétravailler en 2020, vous pouvez demander une déduction lorsque vous remplirez votre déclaration annuelle sur le revenu.

Une déduction, deux méthodes

Pour l’année d’imposition 2020, vous pouvez réclamer une déduction pour travail à domicile en utilisant soit la méthode simplifiée, soit la méthode détaillée.

La mĂ©thode simplifiĂ©e conviendra au plus grand nombre. En effet, elle permet d’établir le montant de la dĂ©duction en multipliant le nombre de jours de travail Ă  domicile par 2 $, jusqu’à concurrence de 400 $.

Comptez tout jour travaillé à la maison pour l’employeur, à temps plein ou à temps partiel. Il n’y a pas de minimum d’heures. Cependant, les fins de semaine, les jours fériés, les vacances et les congés de maladie ne comptent pas.

La mĂ©thode dĂ©taillĂ©e conviendra aux personnes qui ont eu des frais dont la somme dĂ©passe le plafond prĂ©vu Ă  la mĂ©thode simplifiĂ©e et qu’un peu de calcul ne rebute pas. Attention, cette mĂ©thode ne permet de dĂ©duire des frais que sur prĂ©sentation de pièces justificatives. De plus, vous devrez joindre Ă  votre dĂ©claration les feuillets fiscaux T2200 (fĂ©dĂ©ral)/TP-64.3 (QuĂ©bec), disponibles Ă  la fin fĂ©vrier sur votre Libre-service Synchro de l’UniversitĂ© de MontrĂ©al, sous l’onglet Mon dossier employĂ©, Ă  Gestion Paie, T4/T4A et RL-1/RL-2, section Vue feuillets.

Pour vous aider, Revenu Québec a mis en ligne un outil d’aide à la décision comparant la méthode détaillée à la méthode simplifiée.

Pour en savoir davantage, consultez les renseignements fournis par les gouvernements fédéral et québécois. Lisez bien et respectez leurs consignes.

Nous vous recommandons fortement de conserver copie de toute pièce présentée à l’appui d’une demande de déduction.

 

đź’»Le lien Zoom vous sera transmis dans notre prochaine infolettre.đź’»

 

Mieux vaut en rire...!

 

 

Dates Ă  retenir

 

Activité syndicale

 

8 mars, 17 h - Journée internationale des droits des femmes – 5 à 7 virtuel

 

ActivitĂ© intersyndicale

 

 25 et 26 mars - Regroupement universitĂ© - FNEEQ (RU)

 

Calendrier universitaire

 

Jusqu’au 28 fĂ©vrier - PĂ©riode de dĂ©pĂ´t par les chargĂ©(e)s de cours d’avis sur les exigences de qualification

1er mars - Date limite pour déposer une demande de financement
d'une formation professionnelle ou de perfectionnement

1er mars - Date limite pour déposer une demande de financement
d'un projet d’intégration pédagogique

Du 1er au 5 mars - Période d'activité libre


5 mars - Date limite pour l'attribution des cours du trimestre d'Ă©tĂ© 

 

15 mars - Date limite pour l'acceptation des attributions des cours du trimestre d'été


16 mars - Commission des Ă©tudes

 

22 mars - Assemblée universitaire